Laurent Olivès

Publié le par Le Souvenir Français - Délégation Gardoise

La Personalité du mois


Le pasteur Laurent Olivès

 

Laurent-OlivesNé en Afrique du Nord en 1913, le pasteur Olivès, pasteur de la communauté protestante de Valleraugue (Aigoual) met en place, dès 1942, un réseau qui comprenait des membres de sa congrégation et de celle d’autres pasteurs du plateau cévenol, afin de venir en aide au Juifs réfugiés dans les hameaux environnants, puis aux jeunes tentant de fuir le Service de travail obligatoire.

 

 Au primptems 1943 à la Combe le maquis de La Soureilhade qui s'installe ensuite à Ardaillès sur la commune de Valleraugue il s'occupe a trouver des lieux de logement, des cachettes aux réfugiés juifs, leur fournissait des papiers factices et leur assurait de l'aide.

 

Il était également le dirigeant d'une école de cadres des maquis à Talleyrac-Ardaillès, jusqu'à ce qu'elle soit incendiée par la division SS Hoenstaufen le 29 février 1944.

 

Le 12 juillet 1944, ce maquis fusionne avec celui de Lasalle pour former le vaste maquis Aigoual-Cévennes. A la tête de ce maquis le pasteur OLIVES s'occupe du ravitaillement et des réquisitions. Parralèlement, à travers ses prêches, il ne cesse d'inciter la population locale à rallier la Résistance et à cacher des Juifs.

    
Renata Vascoboinic-Villain Juive d’origine roumaine née à Berlin, avait épousé un Français protestant, né lui aussi à Berlin, qui s’était engagé dans la légion étrangère.
En juin 1940, à L’arrivée des Allemands, elle s’enfuit vers le sud avec son bébé, Alain, pour s’installer à Montpellier.
Ainsi, en août 1942, lorsque commencèrent les arrestations massives de Juifs, le pasteur Olivès les accueillit dans son foyer, puis pour plus de sureté il les envoya par la suite dans une ferme de Talleyrac. Renata et son fils purent y demeurer jusqu’à la Libération.

Il secourut également la famille Simon qui se cachait à Peyregrosse, (Saint-André de Majencoules), il lui fournit de faux papier, la conseilla et la renseigna afin d’assurer sa sauvegarde.

Il participa également au sauvetage du jeune Symcha Zsafran. C'est lorsque les Allemands envahirent la Belgique en mai 1940, que dix-huit membres de la famille Szafran, s'enfuirent d'Anvers en compagnie de plusieurs de leurs voisins et vinrent se réfugier à Nîmes.

Publié dans Délégation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article