Nîmes : journée du souvenir en présence d'anciens déportés

Publié le par Le Souvenir Français - Délégation Gardoise

Au centre, MM Muller, Mérolli, Bengugui et Mme Roucaute, dimanche matin, au monument des martyrs de l'avenue Jean-Jaurès.

 

A l'occasion du 68e anniversaire de la libération des camps, les autorités civiles et militaires se sont rassemblées au monuments des martyrs, avenue Jean-Jaurès, pour la commémoration de la journée nationale du souvenir de la déportation.  Avec un premier message adressé aux générations nouvelles "Aujourd'hui, il est essentiel qu'elles reconnaissent, dans d'autres discours, les vociférations d'Adolf Hitler et la voix soumise de Philippe Pétain. Ainsi averties, pourront-elles combattre le danger s'il se présente. " a déclaré en préambule Josette Roucaute, déportée au camp de  Ravensbrück et  vice-présidente des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation ( AFMD ).


"Nous crions à la jeunesse : réagissez !"


Jean-Pierre Mérolli, président de l'Union nationale des associations de déportés et familles des disparus a poursuivit avec la lecture du serment de Buchenwald. Un texte, rédigé à la libération du camp par des détenus de vingt-deux nationalités différentes et qui souligne l'impératif devoir de mémoire afin que les victimes des camps et kommandos nazis ne sombrent dans l'oubli. Une tâche qu' Andrée Julien, déportée à  Ravensbrück, accomplit avec conviction : " Cette journée est celle du passé, du chagrin et des espoirs déçus. Mais nous avons su garder le moral et nous crions aujourd'hui à notre jeunesse : réagissez ! Poursuivez le rêve de la France que nous avons toujours voulu."

 

Chant des marais


Les dépôts de gerbes achevés, la Marseillaise a retenti et la cérémonie s'est conclue par la descente dans la crypte du monuments des martyrs. Au son des cloches du bourdon, au pied de la stèle contenant les cendres des différents camps nazis et des hauts lieux du martyrs de la résistance au nazisme, le chant des marais à été repris, avec émotion, par les derniers témoins de cette période de barbarie.

 

D'après Stéphane Barbier pour Midilibre.com

Publié dans Comité de Nîmes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article